TOME 3-Chapitre 2 Le tremblement

« Tous droits réservés, Joëlle JEAN-BAPTISTE »

(Publication des 5 premiers chapitres) 

TOME III

Ti-Cœur ANGEL

&

 l’Apothicaire

 N°2

Le tremblement


Des averses de pluies s’abattaient sur l’atelier des Petites Mains, à Saint Pierre en Martinique, pendant que Thymothy Hongres effectuait son cours.

Le couturier qui faisait l’admiration des élèves, utilisait le tableau  noir pour démontrer ses techniques. Ti-Cœur Angel prenait beaucoup de notes et soulignait à l'encre rouge les astuces de couture de leur nouveau maître.

Madame Sinter s'était installée au fond de la classe. Tel un commandant de garnison, elle relevait la moindre incorrection des enfants et leurs indisciplines. Au bout d’une heure, elle sembla satisfaite. Elle n’avait relevé qu’un bâillement et des petits bavardages qu’elle avait immédiatement stoppé, en frappant trois petits coups de règle, sur une de leur table.

Thymothy connaissait bien son métier. Et maintenant, il répondait avec aisance aux questions des apprentis, mêmes les plus saugrenues.

Après la séance de travail, madame Sinter se leva difficilement de son siège. Elle sollicita l'aide de Clémentine Aluette, pour lui  apporter sa cane, posée à coté du porte manteau.

 Ti-Cœur remarqua  que sa patronne boitillait en se déplaçant.

-         Vous avez mal, demanda Corentyne Clèves Vallier, confuse, rouge comme une pivoine. Elle pensait qu’elle aurait mieux fait de se taire.

Elle s’attendait à être durement réprimandée par sa patronne qui lui répondit.

-         Ne me regardez pas avec vos yeux en soucoupe. Voyons, je me suis juste levé avec de veilles courbatures ! Les enfants, vous pouvez aller à la récréation, ajouta la patronne en rejoignant Hongres.

Ceux-ci, ravis, se levèrent rapidement en parcourant les travées. Certains retenaient leur joie. Ils ne voulaient plus se faire prendre en criant, ou en riant. Car, madame Sinter pouvait leur supprimer la récréation pour divers motifs, par exemple :

- Élève débordant de joie, trop agité pour aller en récréation et qui fait tomber son matériel.

- Élève trop exalté pour aller à la recréation, et qui bouscule ses camarades.

- Ou trop enthousiaste pour aller à la récréation et qui crie, sans se maîtriser.

Ainsi, les "Petites Mains" marchèrent toujours en silence. Certains,  en faisant mine d'y aller à contrecœur, et d'autres prenaient soin de ne pas montrer leur joie, pour s'échapper ensuite bruyamment dans la cour.

-         Votre leçon était un enchantement jeune homme.

-         Merci, madame Sinter, répondit Hongres, soulagé d'avoir contenter sa patronne.

-         C’est moi qui vous remercie de donner de nouvelles expériences à mes élèves, et je

Elle s’interrompit en entendant des coups frappés à la vitre de la salle.

-         C’est Monsieur Pascalin Calamars, le concierge de l’école ! Il doit m'apporter du courrier. Thymothy, vous pouvez rejoindre les enfants dans la cour, décida Madame Sinter.

 

Sous le palmier situé au centre la cour, les enfants ravis, étaient captivés par les leçons de couture de leur modèle Thymothy Hongres.

-         Alors Ti-Cœur, comment vont tes parents et tes grands parents ?

-         Ils vont bien, merci. Et comment va votre perroquet, Condor ? Demanda Ti-Cœur.

-         Il est toujours aussi piqueur ? Dit cannelle en les rejoignant.

-   Traiterais-tu mon perroquet de voleur ? Rétorqua Thymothy en faisant semblant d’être offusqué.

-         Évidement, c'est un pickpocket !  Confirma Corentyne, derrière lui.

-        Oui, c’est un chenapan qui m’a souvent dérobé des choses, déclara Thymothy, en riant.    Et, j’ai une surpris pour vous.

C’est en tenant l’embout de sa pochette en bandoulière pour ouvrir la fermeture éclair que Ti-Cœur comprit la gêne de son ami. Il observa un léger tremblement de sa main, qu’il dissimula en les frottant.

-         Elles sont moites et la pluie à  mouillé la fermeture, s’excusa Hongres.

Ti-cœur se précipita pour ouvrit le sac.

-         Merci, dit Hongres en fouillant à l’intérieur.

-         Corentyne, voila ta jolie bague et Cannelle, ton bracelet.

-          Où les avez vous trouvés ?

-         Condor a fait des siennes et les plaçait dans sa gamelle de grains. En la vidant, j’ai aussitôt repéré vos bijoux à l’intérieur.

Lorsque Madame Sinter sonna la fin de la récréation, et les jeunes filles se précipitèrent sous le préau.

-         Tu ne les rejoins pas ? S'étonna Thymothy.

-         Qu’est ce qui est arrivé à votre main ? Demanda l’enfant, qui ne cessait de regarder son bras.

-         Quoi ? Laquelle ?

-         La main gauche, n’est pas comme d’habitude.

Soudain, Hongres s’écria

-         Cannelle, dit à madame Sinter que je reviens dans dix minutes avec Ti-Cœur !

-         D’accord monsieur Hongres.

-         Viens, suis-moi, dit Thymothy, en traversant ensuite la cour sous la pluie battante.

 

Ils coururent se réfugier à l’autre bout du préau et s'assirent sur un banc pour discuter.


-         Ti- Cœur, je vais te demander de m’aider. Je dois faire mon premier cours lundi prochain. Et comme tu l’as remarqué, je commence à avoir un gros souci.

 

 

Suite du chapitre 2 le 10 novembre.

 

 

Comments